< Back to Texts

Concordia Album (FR) (2015)

Je ne connaissais pas Christian avant qu’il n’entre dans mon studio à la Friche de Mimi récemment et m’annonce qu’il était à bord du Concordia cette nuit fatidique de janvier 2012. Face à la série de porcelaines (intitulée simplement ‘Concordia Album’), un peu ,troublé et visiblement ému, il m’a raconté quelques anecdotes et m’a montré quelques images prises cette nuit et restées sur son téléphone portable. Cette rencontre fortuite a été, une expérience profonde pour nous deux — Christian qui regarde mon travail touchant sur, un moment tragique et historique dont il a été témoin, et moi en présence d’un passager qui a vécu ce drame et qui observe mon travail à ce sujet. Il m’a semblé tout naturel de l’inviter à écrire un texte pour présenter la série – une contributionqui rehausse et complète ce projet, auquel j’avais le sentiment dès le début qu’un tel élément manquait.
CB 2015

“ Une oeuvre d’art devrait toujours nous apprendre que nous n’avions pas vu ce que nous avons vu.” Paul Valéry

Cette citation de Paul Valery éclaire ce travail méticuleux et passionné de Charlie Bonallack. La force créatrice de ces évocations, me rappelle l’intemporalité de l’événement: passer en une seconde, par un choc, du confort construit rassurant “coconnant” d’une croisière somme toute banale, à une situation de sidération intellectuelle, mais aussi physique, qui pourrait se résumer par ces mots:” ce n’est pas possible”; L’oeuvre d’art ne rejoue pas le scénario, tellement improbable que la majorité des passagers n’y a pas cru pendant trop longtemps. Ce travail qui m’a beaucoup ému et fait resurgir dans ma mémoire les événements que j’ai vécu cette nuit là, doit permettre à chacun de méditer sur quelques fondamentaux de l’existence. Ces oeuvres forcent à aller au delà de de la temporalité de la vie . Par la fragilité même des matériaux ils nous interpellent dans notre essence corporelle, et nous renvoie avec une grande justesse à la prise de conscience de notre propre fragilité, à nous regarder comme si nous ne nous étions jamais vu, comme le dit si bien Paul Valery.
Christian Brulé, 2015 (passager du Costa Concordia le 13 janvier 2012)

 

PLUS D’INFO : CONCORDIA ALBUM